Archive | Étude historique RSS for this section

Samuel de Champlain, espion d’Henri IV

L’historien Éric Thierry expliquait à l’émission Dessine-moi un dimanche que des documents montrent clairement que Samuel de Champlain était un espion au service du roi Henri IV. Le roi aurait notamment été intéressé à savoir les ressources auxquelles les Espagnols avaient accès en Amérique. Champlain aurait ainsi réalisé plusieurs cartes géographiques pour le compte des services de renseignement du roi; une technique qu’il aurait appris très jeune au Service des logis.

Le livre d’Éric Thierry sera publié le 21 aout 2013.

L’origine médiévale de l’hyperlien, des pointeurs et des smileys

Frederic Kaplan

Le second manuscrit que nous présentons dans une vitrine à réalité augmentée pour l’exposition «Le lecteur à l’oeuvre» est une copie du XIVe siècle produite à Bologne d’un texte juridique de l’empereur byzantin Justinien Ier. Sa décomposition révèle d’étranges surprises et nous invite, comme pour le Guido delle colonne à un voyage dans le temps. Je me base pour ce billet sur le texte de Valérie Hayaert (à paraitre dans le livre le lecteur à l’oeuvre chez Infolio) qui s’appuie elle-même sur certaines conclusions d’Élisabeth Pellegrin (1982, pp. 195-198.). Et toujours un grand merci à Radu Suciu qui me guide dans la compréhension dans ces mondes des manuscrits médiévaux. 

L’empereur Justinien a opéré au VIe siècle un grand travail de réorganisation législative. Au fil des siècles, les différents régimes avaient complexifié le droit romain primitif. Les juristes du Justinien ont procédé à une simplification, une modernisation et une uniformisation du code juridique de…

View original post 1 328 mots de plus

Un Noir vaut deux Rouges: deux siècles d’esclavage au Québec

Anecdotes Historiques

« Je pourrai procurer autant d’aloès et d’esclaves pour le service de la marine, que Leurs Altesses exigeront » – Christophe Colomb, 1493.

Toutes les grandes puissances coloniales européennes du XVIIe siècle sont esclavagistes. Pourquoi en aurait-il été autrement ici, au Québec? Les historiens se sont pourtant longtemps plu à croire que, puisque la France s’affirmait « Terre de liberté » et affranchissait théoriquement tout esclave qui y trouvait refuge, cet état des choses rendait impensable la traite d’esclaves au Canada.

Cet article s’inspire Nouvelle-France_4_3_Esclaves_Canadad’un ouvrage* réédité en 2009 dans lequel l’historien Marcel Trudel recense le passage de 4 185 esclaves au Québec – un véritable travail de maître – entre 1632 et 1834, moment où ils disparaissent des registres suite à l’abolition de l’esclavage dans tout l’Empire britannique. Des facteurs préalables vont permettre cette pratique en Amérique. En premier lieu, l’abondance et la proximité de la…

View original post 1 373 mots de plus